Man-ga, la chaîne italienne dédiée à l’animation japonaise

Comme nous le savons tous, les animes sont aujourd’hui si répandues qu’elles sont appréciées par des personnes de tous horizons, de tous âges et de tous sexes. Ce qui est le plus surprenant dans les animes de nos jours n’est plus leur popularité incontestée, mais l’importance qu’ils ont acquise au fil des années en tant que véhicule de la culture japonaise dans le monde.

« Manga » et la culture de l’anime

Le public cible de ces séries d’animation (ou souvent des films uniques) est multiple : il y a des animes complexes et réfléchies qui sont davantage destinées à un public adulte et d’autres, plus linéaires et convaincantes. La plupart d’entre eux sont particulièrement appréciés des jeunes, car ils parviennent à transmettre avec une grande simplicité et immédiateté des valeurs clés telles que l’amitié, le courage et la volonté. La chaîne de télévision italienne dédiée aux animes par excellence se concentre sur ces deux types de produits : Man-ga. Découvrons-le ensemble !

Histoire et développement du Man-Ga

Manga est né sur la plateforme satellite Sky Italia il y a presque dix ans, le 1er juillet 2010 exactement, en tant que première chaîne de télévision entièrement consacrée aux animes. La chaîne est créée en collaboration avec Yamato Video, une société italienne spécialisée dans la distribution d’audiovisuels d’anime, et sa grille est aujourd’hui, comme alors, parsemée de dessins animés japonais en tous genres.

L’une des principales caractéristiques de la chaîne a toujours été la variété de la diffusion des animes. Dès le premier jour, Man-Ga proposait des anime cultes (Astro Boy, The Tiger-Man, Rocky Joe, etc.) en plus d’anime plus récents. Parmi ces derniers, il y avait des produits intéressants comme « Il Conte di Montecristo » ou l’élégant et raffiné « Chevalier d’Éon ». Une proposition encore plus admirable de ce diffuseur était la restauration des dessins animés précédents diffusés sur d’autres chaînes et ruinés par la censure ou des adaptations de mauvaise qualité. Un exemple en est le film censuré et déformé « Nadia — Le mystère de la pierre bleue », qui grâce au travail de Yamato Video a été adapté et entièrement diffusé sur Man-Ga en 2010.

Une autre particularité du Man-Ga est son orientation sociale. Une énorme importance est en effet accordée à l’audience de la chaîne à travers une proposition constante d’enquêtes sur son profil Facebook. Cela a toujours permis aux téléspectateurs d’exprimer leurs préférences concernant l’introduction de nouvelles séries d’animation ou la gestion des grilles de programmation. Ainsi, pour un public plus adulte et nostalgique, plusieurs dessins animés ayant pour thème les « robots » (ou mecha pour utiliser un terme plus précis) tels que « Mazinga Z » ont été inclus. Les amateurs de sport, quant à eux, peuvent apprécier Haikyuu, une véritable série de chefs-d’œuvre et un succès absolu sur le thème du volley-ball. Curieux de savoir quel a été le premier anime diffusé sur la chaîne ? Le dessin animé d’ouverture était Lamù, une série tirée du manga « Urusei Yatsura » des années 70 et créée par le célèbre mangaka Rumiko Takahashi.

Allons maintenant voir quelques exemples d’animes qui ont collaboré pour créer cette grande variété de genres et de publics sur Man-Ga.

Mazinger Z

Le légendaire Mazinga, robot géant défenseur de la justice, arrive sur Man-Ga directement de la plume du brillant auteur japonais Go Nagai. Il suffit de penser que le manga original de Mazinga, qui date de 1972, a connu un tel succès qu’il a été adapté en série animée la même année de ses débuts. Le dessin animé suit les actions courageuses de Koji Kabuto, protagoniste et pilote du robot géant Mazinga. Son but est de déjouer les plans diaboliques du Dr Hell, qui utilise des robots tout aussi énormes pour s’emparer du monde. La série divertie petite et grande avec des rebondissements et des combats insouciants entre robots de toutes sortes, y compris des géantes métalliques.

Haikyu ! — Le volley-ball ace

Nous faisons un bond en avant rapide de 1972 à 2012 et surtout du méchant au sport. Si vous pensiez qu’après « Mila et Shiro » ou « Mimi et l’équipe nationale de volley-ball », il ne pouvait plus y avoir de grandes séries d’animation sur le thème du volley-ball, Haikyu a démystifié tous les mythes à ce sujet. Le succès absolu du mangaka Haruichi Furudate voit comme protagoniste le joueur de volley-ball du lycée Shoyo Hinata, qui, en affrontant mille obstacles (dont sa propre stature), aspire à devenir un redoutable attaquant.

Bienvenue à la NHK

Parmi les quelques animes aux thèmes plus complexes, on trouve Welcome To the NHK, également basé sur un manga populaire inspiré d’un roman. La série suit le phénomène presque exclusivement asiatique des hikikomori, des personnes (généralement de jeunes lycéens ou étudiants) qui choisissent de se retirer de la vie sociale, recherchant souvent des niveaux extrêmes d’isolement et d’emprisonnement dans leur foyer. Le protagoniste, appelé Tatsuhiro Satō, est un jeune homme qui, depuis quatre ans, vit pratiquement en reclus dans son petit appartement à Tokyo et survit à peine avec l’argent que lui envoient ses parents. Un jour, il rencontrera par hasard une fille nommée Misaki, qui a également quelques problèmes sociaux, et de là, l’intrigue de cette série très spéciale se développera.

Food Wars!

On ne peut pas dire qu’il faut une idée brillante pour créer une série à succès. Il suffit de penser que Food Wars ! est un anime à thème culinaire, adapté du manga homonyme écrit par Yūto Tsukuda, conçu par Shun Saeki et conçu avec le chef Yuki Morisaki. Sōma Yukihira est un garçon de quinze ans qui rêve de devenir un jour le chef principal du restaurant familial. Après que Sōma ait obtenu son diplôme de collège, son père décide de fermer le restaurant pour travailler à l’étranger, mais pas avant d’avoir mis son fils au défi d’obtenir son diplôme de la prestigieuse école de cuisine d’élite Tōtsuki.